Produire mieux

Les engrais, insecticides, fongicides et herbicides ont permis d’augmenter les rendements agricoles, avec néanmoins des impacts sur l’environnement.

L’adoption d’une vision globale d’une gestion des campagnes (économiquement viable, suffisamment productive, respectueuse de l’environnement et adaptée aux territoires) aboutit à une agriculture intégrée faisant appel à des techniques alternatives aux produits phytosanitaires et assurant une meilleure gestion des ressources.

  • Le Plan Ecophyto 2018 et la révision de la Directive européenne sur les substances phytopharmaceutiques conduisent à limiter l’usage des intrants.

L’enjeu : préserver la biodiversité et les ressources en eau, moins polluer les sols et les milieux aquatiques, tout en contribuant à la qualité paysagère.

 

Un ensemble de techniques peuvent ainsi être mobilisées :
- privilégier des rotations longues, diversifiés et faisant intervenir des espèces adaptées au milieu 
- aménager des «zones tampons» (haies et bandes enherbées) qui limitent le transfert des intrants à l’eau, réduisent l’érosion des sols, dessinent des corridors écologiques
- recourir à des techniques sans labour pour augmenter la teneur en matière organique et diminuer l’érosion et le lessivage
- instaurer une interculture en hiver
- favoriser les variétés rustiques résistantes aux bio-agresseurs
- recourir à des engrais organiques, biopesticides et stimulateurs des défenses naturelles
- favoriser les auxiliaires au détriment des ravageurs.

  • Le développement de l’agriculture biologique en Picardie s’inscrit dans cette dynamique et répond à trois grands principes : La non-utilisation de produits chimiques de synthèse, l’interdiction d’utilisation d’OGM et le respect du bien-être animal.